Dernière mise à jour le 06/12/2017

Le prélèvement de l’impôt à la source devrait bien être mis en place en janvier 2019. Les revenus perçus en 2018 ne devraient donc pas être imposés, sauf revenus exceptionnels.

Il est prévu un dispositif dérogatoire concernant la déductibilité des travaux réalisés en 2018 et 2019.

Quels impacts si vous avez prévu de faire des travaux dans un bien immobilier locatif ? 

Le gouvernement a proposé des mesures pour limiter le report de travaux par les contribuables du fait de la mise en place de l’impôt à la source, afin de ne pas pénaliser les professionnels du bâtiment.

Le dispositif dérogatoire adopté le le 5 décembre par les députés dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2017.prévoit en ce sens que les travaux d’entretien ou de rénovation seraient déductibles des revenus fonciers 2019 à hauteur de la moyenne des travaux réalisés en 2018 et 2019. 

 

TRAVAUX RÉALISÉS EN 2017

Pour les travaux réalisés en 2017, rien ne change, ils seront bien déductibles de vos revenus fonciers 2017.

Si les travaux génèrent un déficit foncier supérieur à 10 700 € : la partie du déficit foncier qui excède 10 700 € est perdue !Alors qu’habituellement déductible de votre revenu global les années suivantes.

TRAVAUX RÉALISÉS EN 2018

Les travaux réalisés en 2018 ne feront pas baisser votre impôt puisque vous ne serez pas imposé sur vos revenus 2018.

En revanche, ils pourront être déduits de vos revenus fonciers 2019 à hauteur de 50%

Si vous avez prévu de percevoir des revenus exceptionnels en 2018 (plus-values immobilières par exemple), ceux-ci restent imposables à l’impôt sur le revenu. Si les travaux réalisés en 2018 générerent un déficit foncier, vous devriez pouvoir déduire de votre revenu global 2018 le déficit foncier dans la limite de 10 700 €. La partie du déficit foncier qui excède 10 700 € pourra être déduite de votre revenu global les années suivantes.

TRAVAUX RÉALISÉS EN 2019

Les travaux réalisés en 2019 ne seront déductibles de vos revenus fonciers qu’à hauteur de 50%.

Si vous pouvez attendre, il est donc plus intéressant de reporter ces travaux à 2020.

Exemple 1 :

Travaux en 2018 : 1 000 €, Travaux en 2019 : 0 €

Vous déduisez : 1 000 € des revenus fonciers 2018, 500 € des revenus fonciers 2019, soit (1 000 € + 0 €) / 2

Exemple 2 : Travaux en 2018 : 1 000 €, Travaux en 2019 : 4 000 €

Vous déduisez :1 000 € des revenus fonciers 2018, 2 500 € des revenus fonciers 2019, soit (1 000 € + 4 000 €) / 2

Exemple 3 : Travaux en 2018 : 0 €, Travaux en 2019 : 1 000 €

Vous déduisez : 0 € des revenus fonciers 2018, 500 € des revenus fonciers 2019, soit (0 € + 1 000 €) / 2

CONCLUSION

Avec la mise en place de l’impôt à la source, sans le dispositif dérogatoire, les travaux réalisés en 2018 ne permettrait pas aux propriétaires d’un bien locatif de bénéficier de l’avantage fiscal lié à la déduction des travaux.

Le gouvernement a donc prévu une compensation partielle pour les propriétaires qui ne peuvent pas (ou ne souhaitent pas) faire autrement que réaliser des travaux dans leur bien locatif en 2018 ou pour ceux qui vont percevoir des revenus exceptionnels en 2018.

Pour ceux qui peuvent attendre, le dispositif incite d’un point de vue fiscal à reporter la réalisation des travaux à 2020.

Source : mingzi.fr